La périphérie gauche en latin

Bernard Bortolussi



1. Introduction : les origines

1.1. La notion de COMP

2 hypothèses :

- Il existe des catégories « fonctionnelles » à côté des catégories lexicales.
- Toutes les catégories syntaxiques sont de même format.

a) COMP = Complémenteur, qui accueille les subordonnants
Catégorie fonctionnelle = dotée de propriétés interprétatives ne dépendant pas du terme qui l’occupe
vs
Catégorie lexicale = dotée de propriétés déterminées par la tête lexicale (SN, SV etc.).

2 variétés de COMP :
[- QU] accueille les subordonnants invariables et constitue la tête de COMP.
[+ QU] accueille les subordonnants fléchis : interrogatifs, relatifs et figure dans le Spécifieur.

b) L’homogénéïté structurale des catégories :

  • (1)
  • (2) men shal wel knowe who that I am (moyen-anglais)
    = angl. mod. ‘One shall well know who I am’

1.2. La structure informationnelle

a) Identification d’un niveau d’analyse très général, dépassant le cadre de la syntaxe traditionnelle, qui organise les énoncés (vs les phrases) en fonction de l’organisation de l’information.

  • (3)
Perrot Support informatif Apport informatif Report informatif
Panhuis Thème Transition-Rhème
Hockett Topic Comment
Dik Thème Topique + Focus Queue

Les deux principales marques de cette organisation sont :
- L’ordre des constituants : Topic fronting, etc.
- L’intonation.

b) La macro-syntaxe (Blanche-Benveniste, Berrendonner)

Intégration de tous les phénomènes marginaux et/ou relevant de l’oralité, tels que détachements, phrases sans verbe, etc.

  • « … l’analyse des phrases de la langue doit intégrer l’ensemble des structures syntagmatiques qui reposent sur une variation concomitante du signifiant et du signifié : non pas seulement les structures syntaxiques au sens traditionnel, sur lesquelles repose l’organisation de l’énoncé à partir des constituants liés les uns aux autres par des fonctions syntaxiques, mais aussi les structures qui organisent l’information contenue dans les phrases en tant que porteuses de messages. » (Perrot 1967)
  • « Au point de vue sémantique, le constituant extraposé contient … le thème de l’énoncé, c’est-à-dire ce à quoi se rattache l’information véhiculée par le reste de la phrase. C’est le cas du moins quand il est placé en tête de phrase. Car lorsqu’il est rejeté en fin de phrase, il véhicule une information accessoire que nous appellerons report. » (Touratier, 1994, 344)

1.3. L’hypothèse de Rizzi (1997)

a) Les trois zones de la phrase :

  • (4) [ CP [ IP [ VP …]]]

- CP contient les catégories fonctionnelles définissant le type de phrase et les éléments saillants de la phrase.
- IP contient les catégories fonctionnelles caractérisant l’embrayage, telles que le temps, l’aspect, les modalités; elles peuvent être réalisées au niveau morphologique (affixes verbaux).
- VP est le domaine de la rection verbale et contient les catégories lexicales (SN, SP, SA etc.).

b) L’homogénéïté géométrique :

- un constituant peut être déplacé d’une zone à une autre.
- les positions sont récursives.

c) Le contenu de CP = Périphérie Gauche

Force exprime le type de proposition (défini en correspondance avec sa valeur illocutoire).
Finitude distingue propositions finies et propositions non-finies.
Topique : position occupée par le constituant marqué comme le topique de la phrase, soit par sa position, soit par son intonation, soit par son détachement. Plusieurs positions sont possibles, suivant le type de Topique (topique à-propos, cadratatif, contrastif, etc.).
Focus : position occupée par le constituant focalisé par suite d’un déplacement.

Exemples tirés de Rizzi (1999) “ On the Position ‘Int(errogative)’ in the Left Periphery of the Clause ”.

  • (6a) it. Maria crede che, il tuo libro, lo potrà leggere.
    . . . . . . . . . . . . . . . Force . . TOP
    « Marie croit que ton livre, elle pourra le lire. »
  • (6b) it. Maria crede, il tuo libro, di poterlo leggere.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . TOP . . . . . . FIN
    « Marie croit, ton livre, pouvoir le lire. »
  • (6c) it. Credo che ieri , QUESTO, a Gianni, i tuoi amici avrebbero dovuto dirgli.
    . . . . . . . . FORCE . TOP . . FOC . . . . . TOP
    « je crois qu’hier, cela, à Jean, tes amis auraient dû le lui dire. »

1.4. Quelques problèmes généraux

a) La différence entre Force et Finitude

Elle n’apparaît pertinente que lorsque la langue dispose de complémenteurs réalisés. Cf. angl. that/for, it. che/di, fr. que/de.

b) Le statut des interrogatifs

- à distinguer de Force ?

  • (7) Mi domando, a Gianni, se, ieri, QUESTO, alla fine della riunione, avremmo potuto dirgli.
    . . . . . . . . . . . . . . . TOP . . . . . ? . TOP . FOC . . . TOP
    « je me demande, à Jean, si, hier, cela, à la fin de la réunion, nous aurions pu le lui dire. »

D’où une catégorie Int(errogative)

  • (8) [ForceP [TopP [FocP [IntP [FinP TP ]]]]] Rizzi (2006)

- à identifier à Focus ?

2. Force en latin

2.1. Identifiable dans les phrases indépendantes

  • (9a) Vtinam male qui mihi uolunt sic rideant ! (Plaut. Asin. 841)
    « Puissent ceux qui me veulent du mal rire ainsi ! »
  • (9b) Vt illum di deaeque perdant ! (Ter. Eun. 302)
    . . . . . . TOP
    « Que les dieux et les déesses l’anéantissent »
  • (10a) Ne transieris Hiberum ! Ne quid rei tibi cum Saguntinis ! (Liu. 21,44,6)
    « Ne franchis pas l’Hèbre ! N’aie point d’affaire avec les Sagontins ! »
  • (10b) Quid ? Theophrastus mediocriterne delectat ? (Cic. fin. 1,6)
    « Et quoi ? Théophraste, est-ce que son plaisir est moyen ? »
  • (10c) Libera rem publicam metu. (Cic. Cat. 1,20)
    « Libère la République de la crainte. »

2.2. Statut inchangé dans les subordonnées ? (Danckaert 2011)

a) Vt, ne, etc. apparaissent en position frontale et sont analysés comme des subordonnants.

b) Mais (1), (3) et (4) ne sont pas représentés :

  • (11a) *Opto utinam uenias.
  • (11b) *quaero quid Theophrastus mediocriterne delectat.
  • (11c) *Orant libera rem publicam metu.

Pas de place frontale systématique pour les subjonctifs paratactiques :

  • (12a) Orant [ignoscamus peccatum suom]. (Plaut. Am. 257)
    « Ils supplient que nous pardonnions leur faute. »
  • (12b) Nolo [ illas (uoces)Epicuri existimes esse]. (Sen.epist. 4,33,2 )
    « Je ne veux pas que tu attribues ces propos à Epicure. »

3. Finitude ?

Existe-t-il en latin une opposition du type angl. that + mode personnel / for + infinitif ?

Hypothèse : une opposition ut / ᴓ.

3.1. COMP « nul » existe

Cf. Sznajder (2003) pour les complétives paratactiques.

2 arguments :

a) La commutation ut / ᴓ

  • (13) Vti bonis uos uostrosque omnis nuntiis/ Me adficere uoltis, [ ea adferam ] , [ ea uti nuntiem ] ,/ Quae maxime in rem uostram communem sient,…/ Ita huic facietis fabulae silentium. (Plaut. Am. 8-15)
    « Si vous voulez que pour vous tous et pour tous les vôtres, je sois un messager de bonnes nouvelles, que je n’apporte et n’annonce que les plus heureux succès pour votre république, en ce cas, vous ferez silence pour cette comédie. » (traduction A. Ernout, CUF, Belles Lettres, Paris)

b) La prolepse

(14) Pernam, callum, glandium, sumen facito [ in aqua iaceant ] . (Plaut.Pseud. 166)
« Tu auras soin de mettre dans l’eau un jambon, une couenne, des ris de porc, une tétine. » (traduction A. Ernout, CUF, Belles Lettres, Paris)

Elle suppose qu’il y a une démarcation syntaxique entre principale et subordonnée.

Mais dans ces constructions ut et ᴓ jouent le même rôle et ne sont pas en distribution complémentaire comme angl. that et for.

3.2. COMP « nul » introduisant l’AcI

Solution de Cecchetto & Oniga (2003) pour légitimer l’accusatif sujet :

  • (15) « we propose that AccI clauses in Latin are introduced by a complementizer which can be considered a phonologically null counterpart of the prepositional complementizer for that we see in English sentences. »

L’infinitif latin a une morphologie riche, distinguant de manière flexionnelle temps et voix, voire mode ; il est donc très comparable aux formes personnelles, à la marque personnelle près.
Solution qui tire sa principale force de l’échec des solutions précédentes.

Conclusion provisoire :
Pas de distinction évidente entre FORCE et FIN en subordonnée. Vt et les autres conjonctions pourraient tout aussi bien occuper simplement la position FIN dans la mesure où ils remplissent essentiellement le rôle de subordonnant et où la Force illocutoire est indiquée par le verbe introducteur. Cf. arguments infra.

4. Focus

Le terme Focus désigne ici non la partie la plus informative de l’énoncé, mais tout constituant focalisé (y compris donc éventuellement le Topique).

Ne sont pris en considération que les constituants qui sont déplacés vers la Périphérie Gauche et qui sont distincts du Topique.

4.1. Les constituants en position frontale

Identifiables si le constituant précède le sujet ou le subordonnant :

  • (17a) Pari animo [Lacedaemonii in Thermopylis occiderunt] (Cic. Tusc . 101)
    « C’est avec un pareil état d’esprit que les Lacédémoniens moururent aux Thermopyles. »
  • (17b) Palam [si conloqui uellent],concessum est … (Caes. BC 1,84,2) (Spevak 2010 : 12)
    « Pour le cas où c’est en public qu’ils voudraient négocier, il accepta … »

4.2. Autres critères supplémentaires :

- Focus contrastif

  • (18) ad honestatem enim illum omnem conatum suum referebat, non ad uoluptatem. (Cic. fin. 2,56)
    « c’est à l’honneur qu’il rapportait tout effort de sa part, et non au plaisir. »

- Particules focalisantes (Spevak 2010 : 21 sqq)

Etiam, ne … quidem : Orlandini 1999, « Etiam, quoque, ne… quidem: adverbes d’énoncé et adverbes d’énonciation », Lalies 19.

Mais aussi l’interrogatif -ne (cf. Hoff 1979).

  • (19) Ad senatum ne uenient ? (Cic. Verr. 2,5,126)
    « Est-ce devant le sénat qu’ils viendront ? »

- Hyperbate (Spevak 2010 : 24 ; Devine & Stephens 2006 : 525-610).

  • (20) Tantum ciuitati Haeduae dignitatis tribuebat. (Caes. BG 5,7)
    « Si grand était l’honneur qu’il attribuait au peuple héduen. »

La focalisation peut s’obtenir par la simple intonation de constituants in situ ou par le déplacement dans la périphérie droite (Si sensibus carebit oculorum, si aurium (Cic. Tusc. 5,111) « S’il perd la vue, s’il perd l’audition »).
Son rôle dans la Périphérie Gauche n’est donc pris en considération que pour les combinaisons possibles avec le Topique.

5. Topique

Il s’agit des Topiques considérés comme antéposés au domaine propositionnel (à distinguer des topiques in situ, comme par exemple le sujet de la phrase dans la plupart des phrases assertives).

5.1. Critères

a) Position

- initiale non détachée (= Topicalisation)
- initiale détachée (= Thématisation)

b) Forme

- anaphore
- forme syntaxique
- forme casuelle

5.2. Identification en position initiale

Hypothèse : distinguer

- a) antéposition sans détachement = Topicalisation
- b) antéposition avec détachement = Dislocation Gauche

a) Non détachée (= Topicalisation)

- sans démarcateur

  • (21a) Per uer haec fieri oportet (Cato agr. 40,1) vs Vergilius eam per uer seri iubet (Plin. HN 8,120)
    « Au printemps voici ce qu’il faut faire » vs « Virgile recommande de le semer au printemps. »
  • (21b) In cellam oleariam haec opus sunt . (Cato agr. 13,2) vs Pars autem fructuaria diuiditur in cellam oleariam, torculariam… (Col. rus. 1,6)
    « Pour le cellier à huile, voici ce qu’il faut. » vs « Les bâtiments à provisions se divisent en huilerie, en pressoir … »

- avec démarcateur :

Particules :

  • (22) Pacis uero quae potest esse cum eo ratio … ? (Cic. Phil. 4,6)
    « Quant à la paix, comment en discuter raisonnablement avec lui ? »

Pronoms faibles (Adams 1994, Védrenne 2010) :

  • (23) Hanc ego nocturnas uersam uolitare per umbras / suspicor et pluma corpus anile tegi. (Ov. am. 1,8,13)
    « je soupçonne qu’elle voltige dans les ténèbres de la nuit et que son vieux corps se couvre de plumes. »

- théorie des cola (Fräenkel) :

  • (24) De triumpho autem / nulla me cupiditas umquam tenuit… (Cic. Att. 7,2,6)
  • . . . . colon 1 . . . . . . . . . . . . colon 2
    « Quant au triomphe, l’envie ne m’en est guère venue… »

Incise :

  • (25) Quid ergo ? istam uoluptatem, inquit, Epicurus ignorat ? (Cic. fin. 2,3,7)
    « Quoi ? ce plaisir, dit-il, Epicurus ne le connaît pas ? »

b) Détachée (= Dislocation) :

  • (26) De Buthroti negotio, utinam quidem Antonium conueniam ! (Cic. Att. 14, 17, 2)
    « Concernant l’affaire de Buthrote, fasse le ciel que je puisse rencontrer Antoine ! »

Réelle dislocation ou dislocation de la traduction reportée sur le latin ?

5.3. Des constituants morphologiquement marqués comme topiques ?

a) L’exemple du relatif de liaison

  • (27) Qui (Deiotarus) [cum ex itinere quodam proposito et constituto reuertisset aquilae admonitus uolatu], conclaue illud, [ubi erat mansurus], [si ire perrexisset], proxima nocte corruit.
    (Cic. fin. 1, 26)
    « Il avait un jour décidé de partir en voyage et s’était mis en route ; averti par le vol d’un aigle, il revint sur ses pas et le gîte où il devait s’arrêter, s’il avait continué son chemin, s’effondra la nuit suivante. »

b Les anaphoriques

  • (28) Erum eccum uideo huc Simonem … incedere. Ex hoc sepulcro uetere uiginti minas / effodiam ego hodie. (Plaut. Pseud. 410-413)
    « Je vois qu’arrive ici mon maître Simon. De ce vieux sépulcre je m’en vais aujourd’hui déterrer vingt mines. »

5.4. Des constituants syntaxiquement marqués comme topiques :

a) Constituants prépositionnels (détachés ou antéposés)

  • (29a) omnes, quantum ad breuitatem aeui, si uniuerso compares, et iuuenes et senes, in aequo sumus. (Sen. epis. 16,99, 31)
    « nous tous, quant à la brièveté de la vie, en comparaison de l’univers, jeunes et vieux, nous sommes à égalité. »
  • (29b) A morbo ualui, ab animo aeger fui (Plaut. Epid. 129)
    « Du côté de la santé, ça allait ; c’est du côté de l’âme que j’étais malade. »

b) Constituants nominaux détachés

Distinction entre HTLD et ClLD (Alvarez Huerta 2010)

HTLD (Hanging Topic Left Dislocation) : seulement des SN, possibilité de détachements multiples, forme indépendante de la fonction dans la phrase, reprise éventuelle par un pronom fort :

  • (30a) Pierre, les amis, c’est sacré.
  • (30b) Pierre, ses amis, il leur pardonne tout.

ClLD (Clitic Left Dislocation) : toutes les variétés de constituants, forme correspondant à sa fonction dans la phrase, reprise par un pronom faible (clitique des langues romanes) :

  • (31) A ses amis (,)il leur pardonne tout.

Très proche de la Topicalisation :

  • (32) A ses amis il pardonne tout.

Les HTLD en latin :

a- Nominatiuus pendens :

  • (33a) Mercator Siculus , quoi erant gemini filii, ei… mors optigit. (Plaut. Men. 1)
    « Un marchand sicilien qui avait deux fils jumeaux, la mort le surprit. »
  • (33b) Homines maritimi Syracusis, qui saepe istius ducis nomen audissent, saepe timuissent, cum eius cruciatu atque supplicio pascere oculos animumque exsaturare uellent, potestas aspiciendi nemini facta est. (Cic. Verr. 5,65)
    « Les marins de Syracuse qui avaient souvent entendu nommer ce chef, qui souvent l’avaient redouté, qui se promettaient de repaître leurs yeux et rassasier leur cœur du spectacle de son supplice, aucun n’a eu la possibilité de l’apercevoir. »

b- Accusatiuus pendens

  • (34) Puteolos …, Pompeios, hae sunt uerae coloniae. (CIL IV, 3525)
    « Pouzzoles, Pompéi, ce sont les vraies colonies. »

Les ClLD en latin

a- Les SN avec attraction casuelle inverse ?

  • (35) edepol uel elephantoi in India / quo pacto eii pugno praefregisti brachium ! (Plaut. Mil. 25-26)
    « et l’éléphant en Inde, comment tu lui as brisé la patte d’un coup de poing ! »

Mais la plupart des exemples ne sont pas comparables, malgré les apparences :

  • (36a) Amicos i domini, eos i habeat sibi amicos. (Cato agr. 5, 3)
    « Les amis du maître, ce sont eux qu’il doit avoir pour amis. »
  • (36b) nostro seni huic stolidoi , eii profecto nomen facio ego Ilio. (Plaut. Bacch . 945)
    « Notre vieil imbécile que voici, je lui donne le nom d’Ilion. »

Le pronom anaphorique est en position forte, il est même probablement focalisé. On retrouve des pronoms clitiques en latin tardif dans la Vulgate :

  • (37) Timentisi Dominum beata est anima eiusi (Sirach. 34,17)
    « Celui qui craint le Seigneur, heureuse est son âme. »

Mais il s’agit cette fois d’un calque de l’HB.

Etant donné qu’un SN peut être repris par une anaphore « nulle » (c.-à-d. sans pronom-adjectif anaphorique), on pourrait avoir en latin une indifférenciation totale entre Topicalisation et Dislocation :

  • (38) qui inuident egent ; illis quibus inuidetur, i rem habent.
    (Plaut. Truc . 745)
    « Les envieux sont dans le besoin, les enviés dans l’abondance. » (traduction A. Ernout, CUF, Belles Lettres, Paris)
  • (39) hunc adulescentem quem uides, malo astro natus est. (Petron. 134, 8)
    « Cet adolescent que tu vois, il est né sous une mauvaise étoile. »
  • (40a) Pater tuus , qui uidet in abscondito, reddet tibi . (NT. Math. 6,4)
  • (40b) καὶ ὁ πατήρ σου ὁ βλέπων ἐν τῷ κρυπτῷ αὐτὸς ἀποδώσει σοι.
    « Ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. »

b- Des propositions, complétives ou relatives :

  • (41a) [Lenonem ut periurum perdas], id studes. (Plaut. Poen. 575)
    « Causer la perte de ce parjure de leno, voilà ton projet. »
  • (41b) sed [ne extinctor patriae, ne proditor, ne hostis appelletur, ne hanc labem tanti sceleris in familia relinquat], id laborat, id metuit. (Cic. Sull. 88)
    « mais éviter d’être appelé le destructeur de la patrie, un traître, un ennemi, ne pas laisser la souillure d’un si grand crime salir sa famille, voilà ce qui le préoccupe et ce qu’il redoute. »
  • (41c) [Quem ego qui sit homo nescio], … eine aurum crederem ? (Plaut. Trin. 960-961)
    « Un individu dont j’ignore tout, … c’est à lui que j’irais confier mon or ? »

6. La cartographie de la Périphérie Gauche en latin

6.1. Phrase simple

a) Force / Topique / Focus

  • (42) Quid ? Theophrastus MEDIOCRITERne delectat ? (Cic. fin.1,6)
    . . . . Force . . Topique . . . . . . . . Focus
    « Et quoi ? Théophraste, est-ce que son plaisir est moyen ? »
  • (43) Quid ? istam uoluptatem perpetuam QVIS potest praestare sapienti ? (Cic. fin. 2, 89)
    . . . . Force . . Topique . . . . . . . . . . . . . . . . . . Focus
    « Et quoi ? ce plaisir permanent, qui peut le procurer au sage ? »

b) Topique / Force

  • (44a) Eas ipsas (umbra et imagines iustitiae) utinam sequerentur ! (Cic. off.3, 17, 69)
    . . . . . Topique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Force
    « Puissions-nous seulement les suivre ! »
  • (44b) Tarentum uero qua uigilantia, quo consilio recepit ! (Cic. Cato 11)
    « Et Tarente, avec quelle vigilance et quelle habileté il l’a reprise ! »
  • (44c) Pacis uero quae potest esse cum eo ratio… ? (Cic. Phil. 4,6)
    « Concernant la paix, comment peut-on en discuter raisonnablement avec lui ? »

c) Topique / Focus

  • (45) statuam auream [nec in urbe] [nec in ulla parte Italiae] quisquam… aspexit. (Val. Max. 2,5,1)
    « une statue d’or, personne n’en a vu ni à Rome ni en aucun endroit d’Italie. »

d) Topiques multiples

Benincà & Poletto (2004)
[Hanging Top [ (che) [TopP ClLD Topic [TopP ClLD Topic* [FocP Contrastive Focus [FocP Informational Focus [FinP [Fin′ (che) TP ]]]]]]]]

  • (46a) Quid ? idem iste, inquam, de uoluptate quid sentit ? (Cic. fin. 2,2)
    . . . . . . . . . . . Topique1 . . . . . . . . . . Topique2. . Focus
    « Et quoi ? ce même homme, dis-je, au sujet du plaisir, quelle est son opinion ? »
  • (46b) Non par uidetur neque sit consentaneum, … / praesentibus illis paedagogus una [ut siet].
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Topique1. . . . . . Topique2. . . Focus
    (Plaut. Bacch. 139-142)
    « Il ne semble pas convenable, et ce ne serait pas raisonnable … que le précepteur soit de la partie en leur présence. »

6.2. Phrases complexes

a) Remontées dans la Périphérie Gauche de la proposition enchâssante

  • (47a) Orator metuo [ne languescat senectute]. (Cic. Cato 28)
    « Concernant l’orateur, j’ai peur que la vieillesse ne l’affaiblisse. »
    [CP1 Orator [IP1 metuo [CP2 ne [IP2 languescat senectute]]]
  • (47b) Stoïcorum autem non ignoras [quam sit subtile, uel spinosum potius disserendi genus]. (Cic. fin. 3, 3)
    « Concernant les Stoïciens tu n’ignores pas à quel point leur mode de raisonnement est subtil, voire épineux. »

b) Pied-piping (= remontée de l’ensemble de la proposition d’où le Topique est extrait)

  • (48a) Multae nos iniuriae transeant, ex quibus plerasque non accipit qui nescit. (Sen. dial, 5, 3, 11, 1 = ir. 3, 11, 1)
    « Nombre d’injures doivent passer inaperçues devant nous : les ignorer, c’est en éviter la plupart. »
  • (48b) quibus in tabulis nominatim ratio confecta erat qui numerus domo exisset eorum qui arma fere possent. (Caes. BG 1,29,1)
    « sur ces registres était nominativement inscrit le décompte de ceux qui avaient quitté leur pays et étaient capables de porter les armes. »
  • (48c) Sub cuius initium obsidionis cum Etruscorum concilium ad fanum Voltumnae frequenter habitum esset. (Liu. 4, 61, 2)
    « Comme dès les premiers temps de ce siège un conseil des peuples d’trurie s’était tenu à plusieurs reprises dans le temple de Voltumna. »
  • (48d) quorum opprimendorum di immortales incredibilem rei publicae potestatem et fortunam dederunt. (Cic. Phil. 3, 36)
    « pour les accabler, les dieux immortels ont offert à la république des pouvoirs et une occasion exceptionnels. »
  • (48e) semina… quae [si adolescere liceret], ipsa nos ad beatam uitam natura perduceret. (Cic. Tusc. 3, 2)
    « des germes de vertu : s’ils étaient à même de se développer, l’instinct nous mènerait tout droit à la vie heureuse. »
  • (48f) mortem contemnit qua [qui affecti sunt] in eadem causa sunt]… (Cic. fin. 1,49)
    « il méprise la mort, qui remet dans la même condition tous ceux qu’elle affecte. »
  • (49a) Quod [qui non sentiunt], quas auris habeant aut quid in his hominis simile sit nescio. (Cic. orat. 168)
    « S’il est des gens insensibles à cette mélodie, je ne vois pas comment leurs oreilles sont faites et ce qu’il y a en eux qui ressemble à un homme. »
  • (49b) Quorum (negotiatores) [quanti conuentus ad Marcellos antiquissimos Siciliae patronos, quanti ad Cn. Pompeium tum consulem designatum ceterosque illius prouinciae necessarios fieri soliti sint] quis ignorat ? (Cic. Verr. 2,3,45)
    « Avec quelle affluence ils s’assemblaient chez les Marcellus, les plus anciens protecteurs de la Sicile, chez Pompée, consul désigné, et chez les autres amis de cette province, qui ne le sait? »

c) Accusatif proleptique

Forme de Topicalisation suivant Bolkestein (1981), Maraldi (1986), etc., mais parfois Focalisation :

  • (50) Num meam saeuitiam ueritu’s ? – Non – Non ? quid igitur ?Hanc metui [ne me criminaretur tibi].
    « Serait-ce que tu redoutais ma cruauté ? - Non. – Non, alors quoi ? – C’est elle dont je redoutais qu’elle ne m’accuse devant toi. »

Recouvre au moins 2 types de topicalisation :

- Topique de la subordonnée

  • (51a) Dic modo hominem qui sit. (Plaut. Bacch. 555)
    Dic modo [CP hominem [IP qui sit]]
    Force . . . . . . . . Top
    « Dis-moi seulement qui est cet homme. »
  • (51b) Lubet [Calinum [quid agat]] scire (Plaut. Cas. 859)

- Topique de la principale

  • (52a) Coloneus ille locus…, quem scis [quam admirer quamque eo delecter]. (Cic. fin. 5,3)
    « ce bourg de Colone, dont tu sais combien je l’admire et combien il a pour moi de charme. »
  • (52b) Chlamydem hanc commemora [quanti conductast] ? (Plaut. Pseud. 1184)
    . . . . . Top . . . . . . . . . Force
    « Cette chlamyde-là, dis-moi, combien t’a-t-elle coûté de location ? » (Ernout)

Conclusion

1- La Périphérie Gauche de la phrase latine présente une organisation très largement comparable à celle qui s’observe dans les langues à « ordre fixe » ; le latin est largement reconnu comme « discourse configurational » (Kiss 1995).

2- Les catégories utilisées restent « pauvres » (non spécialisées en fonction des différents types de topiques), ce qui est à la fois normal et souhaitable (cf. toutes les interprétations véhiculées par des catégories comme SN ou SV).

3- Les phénomènes de pied-piping montrent :
- qu’existent des configurations syntaxiques qui ne sont pas déterminées par la structure informationnelle ;
- que les déplacements observés présentent les mêmes contraintes que dans la partie interne de la phrase. Ceci est un argument fort en faveur de l’homogénéité géométrique de la phrase et de l’intégration de la PG dans la syntaxe.

4- Conséquences : on peut formuler l’hypothèse qu’il existe une Périphérie Gauche pour d’autres catégories (SN, cf. Iovino), et l’hypothèse qu’il existe une Périphérie Droite pour accueillir l’ « anti-topique » :

  • (53) Obseruabo [quid agat] hominem. (Plaut. Men. 463-465)
    « Je vais observer ce que fait le bonhomme. »

Bibliographie

ADAMS J. N., 1994, « Wackernagel’s law and the position of unstressed personal pronoums in classical Latin », Transactions of the Philological Society 92, 103-178.

BENINCÀ P. & C. POLETTO, 2004, « Topic, Focus and V2 : defining the CP sublayers », in L. Rizzi (éd.), The Structure of CP and IP. The Cartography of Syntactic Structures, vol. 2, NY, Oxford University press, 52-75.

BOLKESTEIN Machtelt, 1981, « Embedded predications, displacement and pseudo-argument formation in Latin », in A. M. Bolkestein et alii (éds.), Predication and Expression in Functional Grammar, Londres, 63-112.

BORTOLUSSI Bernard, 2011, Ordre des mots et syntaxe du latin. Les contraintes de placement et leur analyse syntaxique. Mémoire d’HDR, Paris-Ouest-Nanterre.

BORTOLUSSI Bernard, 2014, « La Dislocation Droite existe-t-elle en latin ? », in A. Garcea & D. Vallat (éds.), Polyphonia Romana. Hommages à F. Biville, Spudasmata 155.1, Olms, 27-39.

DANCKAERT, L., 2011, On the Left Periphery of Latin Embedded Clauses, PhD, Université de Gand.

FRÄENKEL E., 1973, « Zur ‘Wackernagelschen’ Stellung von hämin, hymin, nobis, vobis », in K. Strunk (éd.), Probleme der lateinischen Grammatik, Darmstadt, 409–413.

GIUSTI G., IOVINO R. & ONIGA R., à paraître, « The Syntax of Quantifiers in Latin », communication ICLL (Colloque internatonal de linguistique latine), Uppsala, 2011.

KISS K. E., 1995, (éd.), Discourse Configurational Languages, NY, Oxford University Press.

MARALDI Mirka, 1986, « The proleptic accusative : Problems of structural analysis », in G. Calboli (éd.), Papers on Grammar II, Bologne, CLUEB, 87-106.

PERROT Jean, 1967, « Observations sur la structure de l’énoncé en hongrois », B.S.L. 62/1, 122-133.

PERROT Jean, 1994, « Eléments pour une typologie des structures informatives », Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, n.s.t. II : La phrase : énonciation et information, 13, 26.

RIZZI Luigi, 1997, « The fine structure of the left periphery », in L. Haegeman (éd.), Elements of Grammar, Dordrecht, Kluwer, 281-337.

RIZZI Luigi, 1999, « On the Position “Int(errogative)” in the Left Periphery of the Clause », in G. Cinque, G. Salvi (éds.) Current Studies in Italian Syntax. Essays offered to Lorenzo Renzi, Amsterdam, Elsevier, 287-296.

SPEVAK Olga, 2010, Constituent Word Order in Classical Latin Prose, Benjamins.

SZNAJDER Lyliane, 2003, « Complétives au subjonctif sans conjoncteur », in C. Bodelot (éd.) Grammaire fondamentale du latin. Tome X. Les propositions complétives en latin, Louvain, Peeters, 13-96.

VÉDRENNE Perrine, 2010, « Des organisateurs textuels en latin : ego et tu », Lalies 30.



Rédaction : Bernard Bortolussi

Révision : Michèle Fruyt

Mise en ligne : juin 2014