Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:pax6 [2013/04/10 14:48]
vandaele [6.2.2. De l’indo-européen au latin : proposition de R. Garnier]
dictionnaire:pax6 [2014/12/17 18:46] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre"> pāx, pācis f. (substantif) </div></html>+<html><class="lestitres">pāx, pācis f.</p></html><html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html> 
 \\ \\
 +----
  
----- 
-\\ 
  
 ====== 6. Histoire du lexème ====== ====== 6. Histoire du lexème ======
Ligne 33: Ligne 32:
  
  
-La première question qui se pose est  celle de savoir si l’on doit poser une ou deux racines indo-européennes.  Le [[:dictionnaire:liv|LIV]] pose une racine intransitive %%*%%//peh2ǵ-// « //fest werden// » (« se  stabiliser, s’immobiliser ») et une racine transitive %%*%%//peh2ḱ-// «  //festmachen// » (« immobiliser, stabiliser »). Cette distinction tranchée  est sans doute excessive, car il paraît certain qu’il faut partir d’une  unique racine %%*%%//peh2ḱ-//, dépourvue d’orientation de diathèse, comme le  sont normalement les racines ; %%*%%//peh2ǵ-// doit être au départ une variante  contextuelle qui a fini par acquérir son indépendance. « L’existence  d’une double forme %%*%%//pāk-//, %%*%%//pək-// et %%*%%//pāg-//, %%*%%//pəg-// dans une racine qui  fournit des formes radicales athématiques comme lat. //pāx// et comme le  présent à infixe sur lequel reposent lat. //pangō// et got. //fāhan// (de  %%*%%//fanhan//) n’a rien que de naturel. » ([[:em|EM]] s.v. %%*%%//pacō//)+La première question qui se pose est  celle de savoir si l’on doit poser une ou deux racines indo-européennes.  Le [[:dictionnaire:liv|LIV]] pose une racine intransitive %%*%%//peh<sub>2</sub>ǵ-// « //fest werden// » (« se  stabiliser, s’immobiliser ») et une racine transitive %%*%%//peh<sub>2</sub>ḱ-// «  //festmachen// » (« immobiliser, stabiliser »). Cette distinction tranchée  est sans doute excessive, car il paraît certain qu’il faut partir d’une  unique racine %%*%%//peh<sub>2</sub>ḱ-//, dépourvue d’orientation de diathèse, comme le  sont normalement les racines ; %%*%%//peh<sub>2</sub>ǵ-// doit être au départ une variante  contextuelle qui a fini par acquérir son indépendance. « L’existence  d’une double forme %%*%%//pāk-//, %%*%%//pək-// et %%*%%//pāg-//, %%*%%//pəg-// dans une racine qui  fournit des formes radicales athématiques comme lat. //pāx// et comme le  présent à infixe sur lequel reposent lat. //pangō// et got. //fāhan// (de  %%*%%//fanhan//) n’a rien que de naturel. » ([[:em|EM]] s.v. %%*%%//pacō//)
  
  
Ligne 54: Ligne 53:
  
  
-Le  verbe pangere signifie « planter, ficher »((Au sens matériel : Liu. 7, 3, 5 //ut, qui praetor maximus sit, idibus Septembribus clauum pangat//.)), d’où « établir  solidement, conclure ». Une formation parallèle, à infixe nasal, est  représentée en germanique, mais elle suppose une vélaire sourde en fin  de racine((On se reportera aux dictionnaires habituels : [[Seebold]] 1970 s.v. //FANH-A-//, [[Feist]] 1939 s.v. //fāhan//, [[Lehmann]] 1986 s.v., //fāhan//, [[Kluge-Seebold]] s.v. //fangen//.)): got. //fāhan//, vha. //fāhan//, visl. //fá// (/fā/), v.angl. //fōn// <  germ. %%*%%//fāhana-// < %%*%%//faŋxanam// < %%*%%//pankanam//((En germanique, une séquence /aŋx/ passait d’abord à /ãx/ puis à /āx/.)).+Le  verbe //pangere// signifie « planter, ficher »((Au sens matériel : Liu. 7, 3, 5 //ut, qui praetor maximus sit, idibus Septembribus clauum pangat//.)), d’où « établir  solidement, conclure ». Une formation parallèle, à infixe nasal, est  représentée en germanique, mais elle suppose une vélaire sourde en fin  de racine((On se reportera aux dictionnaires habituels : [[Seebold]] 1970 s.v. //FANH-A-//, [[Feist]] 1939 s.v. //fāhan//, [[Lehmann]] 1986 s.v., //fāhan//, [[Kluge-Seebold]] s.v. //fangen//.)): got. //fāhan//, vha. //fāhan//, visl. //fá// (/fā/), v.angl. //fōn// <  germ. %%*%%//fāhana-// < %%*%%//faŋxanam// < %%*%%//pankanam//((En germanique, une séquence /aŋx/ passait d’abord à /ãx/ puis à /āx/.)).
  
  
Ligne 105: Ligne 104:
  
  
-Depuis  le XIXe s., les savants ont été tentés de rapprocher de %%*%%//pāg-///%%*%%//păg-//  l’adjectif sk. //pajrá-// « fort, solide, stable ; sur quoi/qui l’on peut  compter, sûr ». Le problème est que, aujourd’hui, la racine se posant  sous la forme degré plein %%*%%//peh2g/k-// et degré  %%*%%//ph2g/k-//, on ne peut a  priori obtenir un a radical en sanskrit. En ce qui concerne lat. //pignus,  -oris//, le rapprochement avec la famille de //pangere// a été proposé depuis  longtemps pour des raisons sémantiques, mais il achoppait sur le  vocalisme radical. La première prise en compte du sens et de la  formation de pignus remonte à un article fameux de Meillet, « Sur le  suffixe indo-européen %%*%%//-nes-// »((MSL 15, 1908-1909, p. 254-264.)). Meillet insérait //pignus// dans un  ensemble de termes d’aspect juridique qui ont tous à voir avec la  richesse et la propriété ; citons entre autres sk. //rékṇa-, ápna-// « biens  richesses », //dráviṇa-// « biens mobiliers », gr. κτήνεα « biens,  troupeaux », δάνος « argent prêté à intérêts », lat. //fēnus// « produit,  intérêts », //pignus// « gage », //mūnus// (pl. fréquent //mūnia//) « cadeau,  service rendu, fonction ». Pour autant, Meillet ne proposait aucune  étymologie satisfaisante pour //pignus//. Pourtant, d’autres ont soutenu le  rapprochement de //pignus// avec //pangere// pour des raisons de sens, sans pour  autant apporter d’explication formelle convaincante. « Daß das Wort zu  //păngo// gehört, écrivait Niedermann en 1897, wird wohl von niemandem  bezweifelt. »((Cité par Sandoz 1986 p. 567.)) Et Mahlow, en 1926 : « //pignus// Pfand gehört offenbar zu  pactum, also zur Wurzel pak. Ein //pignus// sichert die Erfüllung des //pactum//. » En effet, le //pignus// est ce qui garantit l’accord (la valeur du  substantif est « médiative »). Et l’on trouve la //iunctura  pignus// / //pignora pacis// chez Virgile et Tite-Live((Voir Sandoz 1986 p. 572.)).+Depuis  le XIXe s., les savants ont été tentés de rapprocher de %%*%%//pāg-///%%*%%//păg-//  l’adjectif sk. //pajrá-// « fort, solide, stable ; sur quoi/qui l’on peut  compter, sûr ». Le problème est que, aujourd’hui, la racine se posant  sous la forme degré plein %%*%%//peh<sub>2</sub>g/k-// et degré  %%*%%//ph<sub>2</sub>g/k-//, on ne peut a  priori obtenir un a radical en sanskrit. En ce qui concerne lat. //pignus,  -oris//, le rapprochement avec la famille de //pangere// a été proposé depuis  longtemps pour des raisons sémantiques, mais il achoppait sur le  vocalisme radical. La première prise en compte du sens et de la  formation de pignus remonte à un article fameux de Meillet, « Sur le  suffixe indo-européen %%*%%//-nes-// »((MSL 15, 1908-1909, p. 254-264.)). Meillet insérait //pignus// dans un  ensemble de termes d’aspect juridique qui ont tous à voir avec la  richesse et la propriété ; citons entre autres sk. //rékṇa-, ápna-// « biens  richesses », //dráviṇa-// « biens mobiliers », gr. κτήνεα « biens,  troupeaux », δάνος « argent prêté à intérêts », lat. //fēnus// « produit,  intérêts », //pignus// « gage », //mūnus// (pl. fréquent //mūnia//) « cadeau,  service rendu, fonction ». Pour autant, Meillet ne proposait aucune  étymologie satisfaisante pour //pignus//. Pourtant, d’autres ont soutenu le  rapprochement de //pignus// avec //pangere// pour des raisons de sens, sans pour  autant apporter d’explication formelle convaincante. « Daß das Wort zu  //păngo// gehört, écrivait Niedermann en 1897, wird wohl von niemandem  bezweifelt. »((Cité par Sandoz 1986 p. 567.)) Et Mahlow, en 1926 : « //pignus// Pfand gehört offenbar zu  pactum, also zur Wurzel pak. Ein //pignus// sichert die Erfüllung des //pactum//. » En effet, le //pignus// est ce qui garantit l’accord (la valeur du  substantif est « médiative »). Et l’on trouve la //iunctura  pignus// / //pignora pacis// chez Virgile et Tite-Live((Voir Sandoz 1986 p. 572.)).
  
  
-//Pignus// pourrait  certes s’expliquer par %%*%%//peg-// ou %%*%%//pek-//, avec la même fermeture de la  voyelle devant //-gn-// qu’on observe dans //dignus//, //tignum//, //lignum//, //signum//,  mais %%*%%//peg-// ne paraît pas a priori pouvoir être un produit de %%*%%//peh2g/k-//  ou %%*%%//ph2g/k-//. Admettre, comme d’aucuns l’ont fait, une « Nebenform » sans  laryngale n’est pas une solution satisfaisante.+//Pignus// pourrait  certes s’expliquer par %%*%%//peg-// ou %%*%%//pek-//, avec la même fermeture de la  voyelle devant //-gn-// qu’on observe dans //dignus//, //tignum//, //lignum//, //signum//,  mais %%*%%//peg-// ne paraît pas a priori pouvoir être un produit de %%*%%//peh<sub>2</sub>g/k-//  ou %%*%%//ph<sub>2</sub>g/k-//. Admettre, comme d’aucuns l’ont fait, une « Nebenform » sans  laryngale n’est pas une solution satisfaisante.
  
  
-La question a  été reprise par Lamberterie (1996). On peut ramener //pignus// à la racine  %%*%%//peh2g/k-//, au degré plein, si l’on admet une application de la « loi de  Lubotsky » : une séquence %%*%%/eHD+C > eD+C (D = occlusive sonore ; C =  toute consonne). Autrement dit, la laryngale tombe lorsqu’elle est la  première d’un groupe de trois consonnes dont la seconde est une  occlusive sonore. Ainsi peut s’expliquer //pignus// < %%*%%//peg/k-nes-// <  %%*%%//peh2g/k-nes-//, de même que sk. //pajrá-// < %%*%%//peg-ro-// < %%*%%//peh2g-ro-//.+La question a  été reprise par Lamberterie (1996). On peut ramener //pignus// à la racine  %%*%%//peh<sub>2</sub>g/k-//, au degré plein, si l’on admet une application de la « loi de  Lubotsky » : une séquence %%*%%/eHD+C > eD+C (D = occlusive sonore ; C =  toute consonne). Autrement dit, la laryngale tombe lorsqu’elle est la  première d’un groupe de trois consonnes dont la seconde est une  occlusive sonore. Ainsi peut s’expliquer //pignus// < %%*%%//peg/k-nes-// <  %%*%%//peh<sub>2</sub>g/k-nes-//, de même que sk. //pajrá-// < %%*%%//peg-ro-// < %%*%%//peh<sub>2</sub>g-ro-//.
  
  
Ligne 135: Ligne 134:
 Pour  le sens de « convention », on peut citer le m.-p. //pašt// « convention,  accord » qui continue i.-ir. %%*%%//pać-ta-// (™%%*%%//pć-tá-// < %%*%%//p(H)ć-tá-// <  %%*%%//ph<sub>2</sub>ḱ-tó-//) « lié, en accord ». On peut admettre un nom-racine i.-ir.  %%*%%//páHć-//, %%*%%//pHć-ás// m. « lien » qui se prolongerait dans le véd. //pâśa-// m.  pl. « rêts, filet », lequel reposerait sur la resegmentation d’un ancien  accusatif athématique %%*%%//páHć-am// (< %%*%%//póh<sub>2</sub>ḱ-ṃ//) en %%*%%//pâśa-m//. Le degré  zéro du thème est reflété par l’av. //fsǝ̄-bīš//. On relève cette vieille  forme d’instrumental pluriel fossile dans un passage du //Vīdēvdāt// 4. 51,  //aiiaŋhaēnāiš fsǝ̄-bīš auua.pašāṯ// « qu’il attache avec des liens de métal  ». Il faut admettre ici comme forme de fondation l’ancien génitif  singulier %%*%%//fs-ō// (< i.-ir. %%*%%//pHć-ás// < %%*%%//ph<sub>2</sub>ḱ-és//). On peut a priori  admettre un ancien paradigme i.-e. %%*%%//póh<sub>2</sub>ḱ-ṃ//, %%*%%//pé(h<sub>2</sub>)ḱ-s// « chose fixée,  lien » refait en %%*%%//póh<sub>2</sub>ḱ-ṃ// avec généralisation de la sourde. Le génitif  singulier archaïque %%*%%//pé(h<sub>2</sub>)ḱ-s//, présentant l’effet de la loi de  Lubotsky, aurait ainsi été normalisé en %%*%%//ph<sub>2</sub>ḱ-és// sur degré zéro  (GARNIER, 2010 : 328-9). Pour  le sens de « convention », on peut citer le m.-p. //pašt// « convention,  accord » qui continue i.-ir. %%*%%//pać-ta-// (™%%*%%//pć-tá-// < %%*%%//p(H)ć-tá-// <  %%*%%//ph<sub>2</sub>ḱ-tó-//) « lié, en accord ». On peut admettre un nom-racine i.-ir.  %%*%%//páHć-//, %%*%%//pHć-ás// m. « lien » qui se prolongerait dans le véd. //pâśa-// m.  pl. « rêts, filet », lequel reposerait sur la resegmentation d’un ancien  accusatif athématique %%*%%//páHć-am// (< %%*%%//póh<sub>2</sub>ḱ-ṃ//) en %%*%%//pâśa-m//. Le degré  zéro du thème est reflété par l’av. //fsǝ̄-bīš//. On relève cette vieille  forme d’instrumental pluriel fossile dans un passage du //Vīdēvdāt// 4. 51,  //aiiaŋhaēnāiš fsǝ̄-bīš auua.pašāṯ// « qu’il attache avec des liens de métal  ». Il faut admettre ici comme forme de fondation l’ancien génitif  singulier %%*%%//fs-ō// (< i.-ir. %%*%%//pHć-ás// < %%*%%//ph<sub>2</sub>ḱ-és//). On peut a priori  admettre un ancien paradigme i.-e. %%*%%//póh<sub>2</sub>ḱ-ṃ//, %%*%%//pé(h<sub>2</sub>)ḱ-s// « chose fixée,  lien » refait en %%*%%//póh<sub>2</sub>ḱ-ṃ// avec généralisation de la sourde. Le génitif  singulier archaïque %%*%%//pé(h<sub>2</sub>)ḱ-s//, présentant l’effet de la loi de  Lubotsky, aurait ainsi été normalisé en %%*%%//ph<sub>2</sub>ḱ-és// sur degré zéro  (GARNIER, 2010 : 328-9).
  
-\\  \\  [[:dictionnaire:pax5|Aller au § 5]] ou [[:dictionnaire:pax|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:pax7|Aller au § 7]]+\\  \\  [[:dictionnaire:pax5|Revenir au § 5]] ou [[:dictionnaire:pax|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:pax7|Aller au § 7]]