Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:flos6 [2014/10/24 13:24]
lestrade
dictionnaire:flos6 [2015/06/03 10:31] (Version actuelle)
bothua
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">flōs, flōris (m.)</div></html> \\  <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html> +<html><class="lestitres">flōs, flōris (m.)</p></html> <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html> 
 +\\
 ---- ----
 \\ \\
Ligne 16: Ligne 16:
  
  
-Lat. //flōs// est issu de la base %%*%%//b<sup>h</sup>leh<sub>3</sub>- //; c’est en tout cas l’hypothèse communément admise (malgré des réserves émises par de Vaan , 225-227).+Lat. //flōs// est issu de la base %%*%%//b<sup>h</sup>leh<sub>3</sub>- //; c’est en tout cas l’hypothèse communément admise (malgré des réserves émises par [[:dictionnaire:langue_latine|de  Vaan]] , 225-227).
  
  
Ligne 22: Ligne 22:
  
  
-    * a) « fleur » : got. %%*%%//bloma, // acc. pl. //blomans // (//Matth. // VI, 28) = gr. τὰ κρίνα « lys », v.-h.-a. //bluomo // (m), v.-isl. //blómi // (m.) et //blom // (nt., collectif), all. //Blume // (f.) : //[[:dictionnaire:etymologie|EWAhd]]// II, 208.+    * a) « fleur » : got. %%*%%//bloma, // acc. pl. //blomans // (//Matth. // VI, 28) = gr. τὰ κρίνα « lys », v.-h.-a. //bluomo // (m), v.-isl. //blómi // (m.) et //blom // (nt., collectif), all. //Blume // (f.) : //[[:dictionnaire:etymologie|EWAhd]]// II, 208.
  
  
-    * b) « bleu » : v.-h.-a. //blao / blaw- // « bleu » ; v.-isl. //blár, blá, blatt // « bleu sombre, livide » (couleur du plomb, d’une ecchymose, du deuil ; traduit //līuidus//) : [[:dictionnaire:ewahd|//EWAhd//]] II, 161. On rapproche lat. //flāuus // et gall. //blawr // « gris, gris bleu » (Kluge, p. 90). Pour « bleu », le gallois a //glas//, qui signifie aussi « vert », en concurrence avec //gwyrdd // « vert » (emprunté à lat. //uiridis//).+    * b) « bleu » : v.-h.-a. //blao / blaw- // « bleu » ; v.-isl. //blár, blá, blatt // « bleu sombre, livide » (couleur du plomb, d’une ecchymose, du deuil ; traduit //līuidus//) : //[[:dictionnaire:etymologie|EWAhd]]// II, 161. On rapproche lat. //flāuus // et gall. //blawr // « gris, gris bleu » ([[:dictionnaire:etymologie|Kluge]], p. 90). Pour « bleu », le gallois a //glas//, qui signifie aussi « vert », en concurrence avec //gwyrdd // « vert » (emprunté à lat. //uiridis//).
  
  
-    * c) « fleurir » : all. //blühen//, //Blüte // (f.) « fleur ». Comme //glühen // « être en feu, rougeoyer », de %%*%%//ghlō-//.+    * c) « fleurir » : all. //blühen//, //Blüte // (f.) « fleur ». Comme //glühen // « être en feu, rougeoyer », de %%*%%//ghlō-//.
  
  
-On pose, pour le germanique commun, %%*%%//blōman- // « fleur » et %%*%%//blēwa-//, adjectif de couleur (//[[:dictionnaire:langue_latine|EWAhd]]//]] II, 208 et 161). Il est possible que le nom de la feuille (all. //Blatt//, v.-isl. //blað//) appartienne à la même base.
Irl. //bláth // (m.), m.-gall. //blawd // (m.) « flower, blossom, bloom » ; %%*%%//blātu-//, ancien thème en %%*%%//-u // selon Schrijver 1995, 179.+On pose, pour le germanique commun, %%*%%//blōman- // « fleur » et %%*%%//blēwa-//, adjectif de couleur (//[[:dictionnaire:etymologie|EWAhd]]// II, 208 et 161). Il est possible que le nom de la feuille (all. //Blatt//, v.-isl. //blað//) appartienne à la même base.
 Irl. //bláth // (m.), m.-gall. //blawd // (m.) « flower, blossom, bloom » ; %%*%%//blātu-//, ancien thème en %%*%%//-u // selon Schrijver 1995, 179.
  
  
-//Flōs// est probablement un ancien thème en %%*%%//‑s// au masculin, soit %%*%%//b<sup>h</sup>leh<sub>3</sub>-os//signifiant (selon [[:dictionnaire:de_vaan|de  Vaan]], 227) angl. « blossoming », fr. « qui est en fleur » (pour un arbre, une plante, etc.), d’où le sens angl. « flower », fr. « fleur ». Mais il pourrait également (selon  S tüber 2002, 76) être formé à l’aide d’un suffixe de nom d’agent en %%*%%‑//ōs// à valeur collective (cf. [[:dictionnaire:6.2|§ 6.2]] ).+//Flōs// est probablement un ancien thème en %%*%%//‑s// au masculin, soit %%*%%//b<sup>h</sup>leh<sub>3</sub>-os// signifiant (selon [[:dictionnaire:langue_latine|de  Vaan]], 227) angl. « blossoming », fr. « qui est en fleur » (pour un arbre, une plante, etc.), d’où le sens angl. « flower », fr. « fleur ». Mais il pourrait également (selon [[:dictionnaire:flos8|Stüber]] 2002, 76) être formé à l’aide d’un suffixe de nom d’agent en %%*%%‑//ōs// à valeur collective.
  
  
-//[[:dictionnaire:florus_-a_-um|Flōrus, -a, -um]]// peut représenter un adjectif formé indépendamment de //flōs// sur la même base. Mais en synchronie, pour la communauté linguistique il a pu être rapproché de //flōs.// +//[[:dictionnaire:florus|Flōrus, -a, -um]]// peut représenter un adjectif formé indépendamment de //flōs// sur la même base. Mais en synchronie, pour la communauté linguistique il a pu être rapproché de //flōs.// 
  
  
Ligne 46: Ligne 46:
  
  
-Pour expliquer lat. //flāuus // ou v.-h.-a. //blao//, on pose habituellement un suffixe %%*%%//‑wo-// qui s’ajoute au degré //ø// (lat. //flāuus//) ou //e// (germ. %%*%%//blē-wo//) de la « racine ». Ce flottement, inattendu dans un mot thématique, conduit à poser un ancien thème en %%*%%//u//selon Schrijver ( 1991, 298).+Pour expliquer lat. //flāuus // ou v.-h.-a. //blao//, on pose habituellement un suffixe %%*%%//‑wo-// qui s’ajoute au degré //ø// (lat. //flāuus//) ou //e// (germ. %%*%%//blē-wo//) de la « racine ». Ce flottement, inattendu dans un mot thématique, conduit à poser un ancien thème en %%*%%//u// selon [[:dictionnaire:flos8|Schrijver]] (1991, 298).
  
  
Ligne 52: Ligne 52:
  
  
-Martinet (1954, 219-230) fait de %%*%%//h<sub>3</sub>// (//A<sup>w</sup>//, dans sa notation) la labio-vélaire correspondant à %%*%%//h<sub>2</sub>//; les deux traits distinctifs du phonème %%*%%//h<sub>3</sub>// peuvent, devant voyelle, se réaliser en deux phonèmes distincts, soit //H + w//. On a :+[[:dictionnaire:flos8|Martinet]] (1954, 219-230) fait de %%*%%//h<sub>3</sub>// (//A<sup>w</sup>//, dans sa notation) la labio-vélaire correspondant à %%*%%//h<sub>2</sub>//; les deux traits distinctifs du phonème %%*%%//h<sub>3</sub>// peuvent, devant voyelle, se réaliser en deux phonèmes distincts, soit //H + w//. On a :
  
  
 – Devant consonne : allongement et arrondissement de %%*%%//e//, en grec et en latin (//octō//, ὀκτώ), soit : %%*%%//bhlō‑ro‑// et %%*%%//ghlō‑ro‑//. On explique ainsi //flōrus// et χλωρός. – Devant consonne : allongement et arrondissement de %%*%%//e//, en grec et en latin (//octō//, ὀκτώ), soit : %%*%%//bhlō‑ro‑// et %%*%%//ghlō‑ro‑//. On explique ainsi //flōrus// et χλωρός.
  
-– Devant voyelle : allongement, coloration //a// et développement d’un glide labial en latin (//octāuus//), soit : %%*%%//bhlā<sup>w</sup>‑o‑// et %%*%%//ghlā<sup>w</sup>‑o‑//; mais coloration labiale sans allongement et développement d’un glide labial en grec (ὄγδo(ϝ)oς), soit %%*%%//ghlow-ā//. On explique ainsi //flāuus // en face de //flōrus// et χλόη en face de χλωρός (voir de Lamberterie, dans //CEG // 9, 175).+– Devant voyelle : allongement, coloration //a// et développement d’un glide labial en latin (//octāuus//), soit : %%*%%//bhlā<sup>w</sup>‑o‑// et %%*%%//ghlā<sup>w</sup>‑o‑//; mais coloration labiale sans allongement et développement d’un glide labial en grec (ὄγδo(ϝ)oς), soit %%*%%//ghlow-ā//. On explique ainsi //flāuus // en face de //flōrus// et χλόη en face de χλωρός (voir Lamberterie, dans //[[:dictionnaire:flos8|CEG 9]]//, 175).
  
  
Ligne 63: Ligne 63:
  
  
-Les formes germaniques pourraient venir de la racine %%*%%//Hb<sup>h</sup>el-// « croître, augmenter », telle que la reconstruit Dieu (2008, 264), avec un double traitement comparable, %%*%%//blō‑ // antéconsonatique et//%%*%%blēw- // antévocalique (//blāo//). La différence est que le germanique, s’il développe également un glide labial, allongerait la voyelle sans la colorer. On a de même //%%*%%knēw-// (v.-h.-a. //knāu// « knew ») en face de lat. //gnōu-ī// (%%*%%//gneh<sub>3</sub>// ‑), s’il ne s’agit pas d’une réfection secondaire de %%*%%//knōw-//, comme le veut Bammesberger ( 1986, 61).+Les formes germaniques pourraient venir de la racine %%*%%//Hb<sup>h</sup>el-// « croître, augmenter », telle que la reconstruit [[:dictionnaire:flos8|Dieu]] (2008, 264), avec un double traitement comparable, %%*%%//blō‑ // antéconsonatique et//%%*%%blēw- // antévocalique (//blāo//). La différence est que le germanique, s’il développe également un glide labial, allongerait la voyelle sans la colorer. On a de même //%%*%%knēw-// (v.-h.-a. //knāu// « knew ») en face de lat. //gnōu-ī// (%%*%%//gneh<sub>3</sub>// ‑), s’il ne s’agit pas d’une réfection secondaire de %%*%%//knōw-//, comme le veut [[:dictionnaire:flos8|Bammesberger]] ( 1986, 61).
  
  
Ligne 78: Ligne 78:
  
 [[:dictionnaire:flos5|Aller au § 5]] ou [[:dictionnaire:flos|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:flos7|Aller au § 7]] [[:dictionnaire:flos5|Aller au § 5]] ou [[:dictionnaire:flos|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:flos7|Aller au § 7]]
-