Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:existimatio6 [2014/03/27 12:14]
vandaele
dictionnaire:existimatio6 [2014/12/17 13:09] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre"> existĭmātĭō, -tĭōnis, f. </div></html> \\  <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html> +<html><class="lestitres">existĭmātĭō, -tĭōnis, f.</p></html> <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html> 
 +\\
 ---- ----
 \\ \\
Ligne 19: Ligne 19:
  
  
-6.2.1. De //aestĭmāre// à //existĭmātĭō//  +==== 6.2.1. De aestĭmāre à existĭmātĭō ====
  
 Le substantif //existĭmātĭō// est un nom de procès en //-tĭō// (-//tĭōn-is// F.) de date latine bâti sur le thème d’//infectum// en //a// long du verbe //existima-re//.  Le substantif //existĭmātĭō// est un nom de procès en //-tĭō// (-//tĭōn-is// F.) de date latine bâti sur le thème d’//infectum// en //a// long du verbe //existima-re//. 
Ligne 28: Ligne 27:
  
  
-Cette origine pousse à considérer que le <i> de la 2<sup>ème</sup>syllabe dans //exīstĭmāre // est un //i// long, issu de la monophtongaison (de date archaïque prélittéraire) de la diphtongue [ai], qui a évolué en [ae]. Cette diphtongue [ai] > [ae] en syllabe intérieure se monophtongue en //e// long ouvert [+Cette origine pousse à considérer que le <i> de la 2<sup>ème</sup>syllabe dans //exīstĭmāre // est un //i// long, issu de la monophtongaison (de date archaïque prélittéraire) de la diphtongue [ai], qui a évolué en [ae]. Cette diphtongue [ai] > [ae] en syllabe intérieure se monophtongue en //e// long ouvert [ε:], puis //e// long fermé [e:], lequel se ferme ensuite en //i// long [i:] (cf. //cecīdī// « j’ai frappé, j’ai tué », parfait de //caedere// « frapper, tuer » ; //il-līdere// « frapper » vs //laedere // « blesser »).
  
  
-ε:+==== 6.2.2. La formation du verbe aestĭmāre un ancien composé ? ====
  
  
-], puis //e// long fermé [e:], lequel se ferme ensuite en //i// long [i:] (cf. //cecīdī// « j’ai frappé, j’ai tué », parfait de //caedere// « frapper, tuer » ; //il-līdere// « frapper » vs //laedere // « blesser »). 
  
 +Le verbe //aestĭmāre// (variante phonétique((Variante phonétiquement conditionnée : toute voyelle brève en syllabe intérieure ouverte se ferme en //ĭ// devant //d, t, n, g, c// et en //ŭ// / //ĭ// devant //b, p, m, f//. Ici, le timbre //u // devant //m// est donc justifié phonétiquement. Mais le timbre //i// l’a emporté, la voyelle //ĭ // étant la plus fréquente en latin.)) attestée à l’époque archaïque //aestŭmāre//) « estimer (à tel prix), fixer le prix » pourrait être un ancien composé. 
  
-////  
  
 +Le premier terme est associable au substantif //aes, aer-is// Nt. « cuivre, bronze ; monnaie », issu de %%*%%//ais//et peut-être plus anciennement de %%*%%//ay// (//o//)//s// selon EM ou bien plutôt de %%*%%//ayes((Avec, peut-être, l’évolution phonétique suivante : %%*%%//ăyĕs > %%*%%ăy// (//ĕ//)//s > ais > aes.//)) // , qui a servi de base à l’adjectif de matière en %%*%%-//no//- : //ăhēnus, -a, -um// « en bronze » de %%*%%//ăyĕs-nŏ-s > // %%*%%//ăyĕznŏ-s > %%*%%ăyēnŏs > ăēnŭs// écrit < //ăhēnŭs >// avec un < h > marquant l’existence d’un hiatus entre les deux voyelles hétérosyllabiques //ă // et//ē//.
  
-6.2.2. La formation du verbe aestĭmāre : un ancien composé ? 
  
- +Le substantif //aes// est attesté((Selon Paolo POCCETTIles langues sabelliques ont connu la même évolution que le latin avec l’adjectif de matière osque αιζνιω « en bronze » (écrit en alphabet grecpuisque l’inscription provient de l’Italie méridionale cfMichael CRAWFORD, //Imagines Italicae//, Londres 2011Institut for Classical Studies).)) dans les inscriptions sous une forme d’ablatif archaïque avec la diphtongue ancienne <ai> : //AIRID// //CIL// I, 38 ; //AIRED// //CIL// I, 383. 
-Le verbe //aestĭmāre// (variante phonétique[[\\C:\Users\eleve.SAINTLOUIS\Downloads\Existimatio 15-3-14.docx#_ftn1| +
-[1] +
-]] attestée à l’époque archaïque //aestŭmāre//) « estimer (à tel prix)fixer le prix » pourrait être un ancien composé.  +
- +
- +
-Le premier terme est associable au substantif //aes, aer-is// Nt. « cuivre, bronze ; monnaie », issu de %%*%%//ais//et peut-être plus anciennement de %%*%%//ay// (//o//)//s// selon EM ou bien plutôt de %%*%%//ayes**[[\\C:\Users\eleve.SAINTLOUIS\Downloads\Existimatio 15-3-14.docx#_ftn2| +
-[2] +
-]] **//  +
-qui a servi de base à l’adjectif de matière en %%*%%-//no//- : //ăhēnus-a-um// « en bronze » de %%*%%//ăyĕs-nŏ-s > // %%*%%//ăyĕznŏ-s > %%*%%ăyēnŏs > ăēnŭs// écrit < //ăhēnŭs >// avec un < h > marquant l’existence d’un hiatus entre les deux voyelles hétérosyllabiques //ă // et//ē//. +
- +
- +
-Le substantif //aes// est attesté[[\\C:\Users\eleve.SAINTLOUIS\Downloads\Existimatio 15-3-14.docx#_ftn3| +
-[3] +
-]] dans les inscriptions sous une forme d’ablatif archaïque avec la diphtongue ancienne <ai> : //AIRID// //CIL// I, 38 ; //AIRED// //CIL// I, 383. +
  
  
Ligne 62: Ligne 46:
  
  
-Le second terme est généralement considéré comme étant issu d’une « racine » %%*%%//tem//- « couper » (selon le Grand Gaffiot, Pok. //IEW//, WH, Havet), représentée dans le radical latin synchronique //tĕm//- présent dans lat. //temno // (//con//-//temno// « mépriser »), //templum// dans son sens ancien d’« espace délimité dans le ciel ou sur la terre » (et peut-être //tempus//), gr.  +Le second terme est généralement considéré comme étant issu d’une « racine » %%*%%//tem//- « couper » (selon le Grand Gaffiot, Pok. //IEW//, WH, Havet), représentée dans le radical latin synchronique //tĕm//- présent dans lat. //temno // (//con//-//temno// « mépriser »), //templum// dans son sens ancien d’« espace délimité dans le ciel ou sur la terre » (et peut-être //tempus//), gr. τέμνω « couper ». 
- +
- +
-τέμνω  +
- +
- +
-«  +
- +
- +
-couper  +
- +
- +
-». +
  
  
Ligne 95: Ligne 67:
  
  
-\\ +\\  \\  [[:dictionnaire:existimatio5|Revenir au § 5]] ou [[:dictionnaire:existimatio|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:existimatio7|Aller au § 7]]
- +
- +
----- +
- +
- +
-[[\\C:\Users\eleve.SAINTLOUIS\Downloads\Existimatio 15-3-14.docx#_ftnref1| +
- +
- +
-[1] +
- +
- +
-]]  +
- +
- +
-Variante phonétiquement conditionnée : toute voyelle brève en syllabe intérieure ouverte se ferme en //ĭ// devant //d, t, n, g, c// et en //ŭ// / //ĭ// devant //b, p, m, f//. Ici, le timbre //u // devant //m// est donc justifié phonétiquement. Mais le timbre //i// l’a emporté, la voyelle //ĭ // étant la plus fréquente en latin. +
- +
- +
-[[\\C:\Users\eleve.SAINTLOUIS\Downloads\Existimatio 15-3-14.docx#_ftnref2| +
-[2] +
-]]  +
-Avec, peut-être, l’évolution phonétique suivante : %%*%%//ăyĕs > %%*%%ăy// (//ĕ//)//s > ais > aes.//  +
- +
- +
-////  +
- +
- +
-[[\\C:\Users\eleve.SAINTLOUIS\Downloads\Existimatio 15-3-14.docx#_ftnref3| +
- +
- +
-[3] +
- +
- +
-]]  +
-Selon Paolo POCCETTI, les langues sabelliques ont connu la même évolution que le latin avec l’adjectif de matière osque  +
- +
- +
-αιζνιω +
-**// +
- +
- +
-// **  +
-« en bronze » (écrit en alphabet grec, puisque l’inscription provient de l’Italie méridionale : cf. Michael CRAWFORD, //Imagines Italicae//, Londres 2011, Institut for Classical Studies).+