Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:exercere6 [2013/06/14 13:55]
lecaude [6.2. Origine et étymologie]
dictionnaire:exercere6 [2014/12/17 12:57] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre"> exerceō, -ēre </div></html> \\  <html><center><big><big>(verbe)</big></big></center></html> +<html><class="lestitres">exerceō, -ēre</p></html> <html><center><big><big>(verbe)</big></big></center></html> 
- +\\
 ---- ----
  
Ligne 8: Ligne 7:
  
  
-===== 6.1. Histoire au cours de la latinité. volution des emplois =====+===== 6.1. Histoire au cours de la latinité. Evolution des emplois =====
  
  
Ligne 20: Ligne 19:
  
  
-La racine se pose sous la forme *//h<sub>2</sub>erk-// ((Cf.  //[[LIV]]// , dont la notice est remarquablement brève, les formes issues de cette racine étant peu nombreuses.)).+La racine se pose sous la forme *//h<sub>2</sub>erk-//((Cf.  //[[LIV]]// , dont la notice est remarquablement brève, les formes issues de cette racine étant peu nombreuses.)).
  
  
Ligne 29: Ligne 28:
  
  
-L’arménien possède un radical //arg-// généralement rapporté à la présente racine : le substantif //argel// « obstacle, empêchement » et aussi « prison, surveillance » (qui traduit gr. φυλακή), les verbes //argelum//, //argelem//, //argilel// « faire obstacle, interdire, empêcher », //argelanim// « être empêché, rencontrer un obstacle »((Cf.  < html> < a href=":dictionnaire:exercere8#MARTIROSYAN (2010,">MARTIROSYAN (2010, < /a> < /html> s.v.).)). Le radical //arg-// présente une difficulté phonétique, l’absence de palatalisation de la vélaire.+L’arménien possède un radical //arg-// généralement rapporté à la présente racine : le substantif //argel// « obstacle, empêchement » et aussi « prison, surveillance » (qui traduit gr. φυλακή), les verbes //argelum//, //argelem//, //argilel// « faire obstacle, interdire, empêcher », //argelanim// « être empêché, rencontrer un obstacle »((Cf.  <html><a href=":dictionnaire:exercere8#MARTIROSYAN">MARTIROSYAN</a></html>, 2010, //s.u//).)). Le radical //arg-// présente une difficulté phonétique, l’absence de palatalisation de la vélaire.
  
  
Ligne 50: Ligne 49:
  
  
-Il paraît probable que le hittite a gardé le sens originel de la racine, « tenir, détenir, retenir, contenir »((Malgré  < html> < a href=":dictionnaire:exercere8#KÖLLIGAN (2007,">KÖLLIGAN < /a> < CHANTRAINE)).+Il paraît probable que le hittite a gardé le sens originel de la racine, « tenir, détenir, retenir, contenir »((Malgré  <html> <a href=":dictionnaire:exercere8#KÖLLIGAN">KÖLLIGAN</a></html> (2007, 53) qui propose comme sens premier « to ward off, to defend, to keep under control », et, avant lui, Chantraine.)).
  
  
Ligne 68: Ligne 67:
 Des interprétations totalement différentes de //pai-<sup>i</sup>/pi-// et //payi-<sup>zi</sup>/pai-// sont proposées dans [[Kloekhorst]] (2008) ou [[Œttinger]] (2002). Toutefois, le même Kloekhorst ne semble pas rejeter le rapprochement fait par Watkins entre //porceō// et //pē// //ḫark-//. Mais si l’on fait venir //pē// de *//h<sub>1</sub>poi-// (Kloekhorst) ou de *//poi-// (Œttinger), l’explication du //po//- latin devient plus difficile. Des interprétations totalement différentes de //pai-<sup>i</sup>/pi-// et //payi-<sup>zi</sup>/pai-// sont proposées dans [[Kloekhorst]] (2008) ou [[Œttinger]] (2002). Toutefois, le même Kloekhorst ne semble pas rejeter le rapprochement fait par Watkins entre //porceō// et //pē// //ḫark-//. Mais si l’on fait venir //pē// de *//h<sub>1</sub>poi-// (Kloekhorst) ou de *//poi-// (Œttinger), l’explication du //po//- latin devient plus difficile.
  
-Quelle est la formation exacte d’//arceō// ? Watkins en faisait un verbe d’état en //-ē-//, qu’il rapprochait, pour le sens, de //habēre// et //tenēre//. Est-ce un hasard en effet si //arcēre//, dont le sens premier était celui de « tenir », est un verbe du même type que //habēre// et //tenēre//, qui sont de même sens ? Toutefois, cette solution n’est pas la seule possible. //Arcēre// est toujours en latin un verbe transitif, et on ne peut pas prouver que ce fût auparavant un intransitif((Alors qu’on peut reconstituer l’histoire de //tenēre// ancien verbe d’état, par rapport à //tendere//, verbe transitif.)). Toutefois, Benveniste (« Etre et avoir dans leurs fonctions linguistiques » //[[PLG I]]//, 199) avait montré que les verbes « avoir » étaient en fait, par leur sens, de véritables verbes d’état((Benveniste ([[PLG I]]//, 199): « Tout s’éclaire en effet quand on reconnaît avoir pour ce qu’il est, un verbe d’état. Etre est l’état de l’étant, de celui qui est quelque chose ; avoir est l’état de l’ayant, de celui à qui quelque chose est. Avoir n’est qu’un “être-à” retourné. »)). +Quelle est la formation exacte d’//arceō// ? Watkins en faisait un verbe d’état en //-ē-//, qu’il rapprochait, pour le sens, de //habēre// et //tenēre//. Est-ce un hasard en effet si //arcēre//, dont le sens premier était celui de « tenir », est un verbe du même type que //habēre// et //tenēre//, qui sont de même sens ? Toutefois, cette solution n’est pas la seule possible. //Arcēre// est toujours en latin un verbe transitif, et on ne peut pas prouver que ce fût auparavant un intransitif((Alors qu’on peut reconstituer l’histoire de //tenēre// ancien verbe d’état, par rapport à //tendere//, verbe transitif.)). Toutefois, Benveniste (« Etre et avoir dans leurs fonctions linguistiques » //[[PLG I]]//, 199) avait montré que les verbes « avoir » étaient en fait, par leur sens, de véritables verbes d’état((Benveniste (//[[PLG I]]//, 199): « Tout s’éclaire en effet quand on reconnaît avoir pour ce qu’il est, un verbe d’état. Etre est l’état de l’étant, de celui qui est quelque chose ; avoir est l’état de l’ayant, de celui à qui quelque chose est. Avoir n’est qu’un “être-à” retourné. »)). 
  
 //Arcēre// pourrait encore être un verbe en *‑//éy<sup>e</sup>/<sub>o</sub>-// (un « itératif-intensif ») bâti sur un degré . Ce type de présent (le 1s dans le classement du //[[LIV]]//) est rare((Cf. Garnier (2010, 454))). Il est un peu représenté en sanscrit : //śv-áy-a-ti// « enfler » (%%*%%//ḱu(H)-éy<sup>e</sup>/<sub>o</sub>//-), //rucáyati// « luire, briller » (%%*%%//luk-éy<sup>e</sup>/<sub>o</sub>-//), //hváyati// (av. //zbayeiti//) « appeler » (%%*%%//ǵhuH-éy<sup>e</sup>/<sub>o</sub>//-). On peut ajouter le germ. commun %%*%%//þuŋk-jan<sup>an</sup>// « sembler, paraître », got. //þugkjan//, all. mod. //dünken//. En latin, outre le probable //arceō//, on citera //urgeō//, d’une racine %%*%%//wreg-// « poursuivre » (got. //wrekan//), //cieō//, //augeō//((Cf. Garnier (2010, 454-455), qui évoque un type latin %%*%%CC-éy<sup>e</sup>/<sub>o</sub>-.)).  //Arcēre// pourrait encore être un verbe en *‑//éy<sup>e</sup>/<sub>o</sub>-// (un « itératif-intensif ») bâti sur un degré . Ce type de présent (le 1s dans le classement du //[[LIV]]//) est rare((Cf. Garnier (2010, 454))). Il est un peu représenté en sanscrit : //śv-áy-a-ti// « enfler » (%%*%%//ḱu(H)-éy<sup>e</sup>/<sub>o</sub>//-), //rucáyati// « luire, briller » (%%*%%//luk-éy<sup>e</sup>/<sub>o</sub>-//), //hváyati// (av. //zbayeiti//) « appeler » (%%*%%//ǵhuH-éy<sup>e</sup>/<sub>o</sub>//-). On peut ajouter le germ. commun %%*%%//þuŋk-jan<sup>an</sup>// « sembler, paraître », got. //þugkjan//, all. mod. //dünken//. En latin, outre le probable //arceō//, on citera //urgeō//, d’une racine %%*%%//wreg-// « poursuivre » (got. //wrekan//), //cieō//, //augeō//((Cf. Garnier (2010, 454-455), qui évoque un type latin %%*%%CC-éy<sup>e</sup>/<sub>o</sub>-.)). 
Ligne 99: Ligne 98:
 Dans cette formule d’imprécation, [[Machajdíková]] (2012, 16-18) propose de retrouver un mot ombrien. Selon elle en effet, les formules de ce genre circulent assez facilement d’une langue à une langue voisine. Il serait difficile d’expliquer une forme verbale //arse// à l’intérieur de l’étrusque. En revanche, un impératif %%*%%//arkē// aboutirait régulièrement en ombrien à %%*%%//arkį// (avec //e// fermé ou //i// ouvert), puis %%*%%//arśį // par palatalisation. La consonne palatalisée peut être rendue en étrusque et en latin par la sifflante, comme il y en a quelques exemples. Le verbe //arcēre// peut, en latin, s’appliquer à l’incendie. Dans cette formule d’imprécation, [[Machajdíková]] (2012, 16-18) propose de retrouver un mot ombrien. Selon elle en effet, les formules de ce genre circulent assez facilement d’une langue à une langue voisine. Il serait difficile d’expliquer une forme verbale //arse// à l’intérieur de l’étrusque. En revanche, un impératif %%*%%//arkē// aboutirait régulièrement en ombrien à %%*%%//arkį// (avec //e// fermé ou //i// ouvert), puis %%*%%//arśį // par palatalisation. La consonne palatalisée peut être rendue en étrusque et en latin par la sifflante, comme il y en a quelques exemples. Le verbe //arcēre// peut, en latin, s’appliquer à l’incendie.
  
-L’osque a un verbe //tríbarakavúm// (inf.) « bâtir, ériger, lat. //aedificare// », supposé être le dénominatif d’un composé non attesté %%*%%//trēb-ark-// « constructeur », le premier membre étant le nom de la maison //trííbúm// (base %%*%%//trēb//-)((Cf. [[//WOU//]])). Ce type de verbe dénominatif tiré d’un composé est documenté par exemple en latin par //aestimāre// ((Si l’on accepte la vieille explication de Havet par //aes// et %%*%%//tomos//, %%*%%//aes-tomos// « qui découpe le bronze ». Explication rejetée, à tort selon nous, par De Vaan.)). Cela étant, en raison du parallélisme de formation entre //aedificāre// et //tríbarakavúm//, on peut aussi penser que le verbe osque comporte, en deuxième position, une forme du verbe spécifique à la composition, en //-ā-//, comme l’est ‑//ficāre// par rapport à //facere//. Reste le problème du sens : la racine *//h<sub>2</sub>erk-// n’a nulle part le sens de « bâtir ». Peut-on penser que le radical verbal //ark-//, non attesté par ailleurs en osque, a pu fonctionner en cette langue comme verbe support ?+L’osque a un verbe //tríbarakavúm// (inf.) « bâtir, ériger, lat. //aedificare// », supposé être le dénominatif d’un composé non attesté %%*%%//trēb-ark-// « constructeur », le premier membre étant le nom de la maison //trííbúm// (base %%*%%//trēb//-)((Cf. //[[WOU]]//)). Ce type de verbe dénominatif tiré d’un composé est documenté par exemple en latin par //aestimāre// ((Si l’on accepte la vieille explication de Havet par //aes// et %%*%%//tomos//, %%*%%//aes-tomos// « qui découpe le bronze ». Explication rejetée, à tort selon nous, par De Vaan.)). Cela étant, en raison du parallélisme de formation entre //aedificāre// et //tríbarakavúm//, on peut aussi penser que le verbe osque comporte, en deuxième position, une forme du verbe spécifique à la composition, en //-ā-//, comme l’est ‑//ficāre// par rapport à //facere//. Reste le problème du sens : la racine *//h<sub>2</sub>erk-// n’a nulle part le sens de « bâtir ». Peut-on penser que le radical verbal //ark-//, non attesté par ailleurs en osque, a pu fonctionner en cette langue comme verbe support ?
  
  
Ligne 105: Ligne 104:
  
 \\  \\  [[:dictionnaire:exercere5|Revenir au §5]] ou [[:dictionnaire:exercere|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:exercere7|Aller au §7]]  \\  \\  [[:dictionnaire:exercere5|Revenir au §5]] ou [[:dictionnaire:exercere|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:exercere7|Aller au §7]] 
-