Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:despondere4detaille [2012/06/12 16:27]
lecaude [E. Fonctionnement et origine de la polysémie]
dictionnaire:despondere4detaille [2014/12/17 12:10] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">dēspondeō, -ēre</div></html> \\  <html><center><big><big>(verbe)</big></big></center></html>  +<html><class="lestitres">dēspondeō, -ēre</p></html> <html><center><big><big>(verbe)</big></big></center></html> 
 +\\
 ---- ----
 +\\
 ====== 4. Description des emplois et de leur évolution : exposé détaillé ====== ====== 4. Description des emplois et de leur évolution : exposé détaillé ======
  
Ligne 109: Ligne 109:
   *Varr. //L. // 6, 71 //Sic **despondisse animum**quoque dicitur, ut **despondisse filiam**, quod suae spontis statuerat finem.// \\ « De même on dit aussi qu’un tel **a perdu courage** (//despondisse animum//), comme il **a renoncé à sa fille** (//despondisse filiam//), parce qu’il avait fixé un terme à sa volonté (//spontis//). » (traduction P. Flobert, 1985, CUF).   *Varr. //L. // 6, 71 //Sic **despondisse animum**quoque dicitur, ut **despondisse filiam**, quod suae spontis statuerat finem.// \\ « De même on dit aussi qu’un tel **a perdu courage** (//despondisse animum//), comme il **a renoncé à sa fille** (//despondisse filiam//), parce qu’il avait fixé un terme à sa volonté (//spontis//). » (traduction P. Flobert, 1985, CUF).
  
-Varron établit un lien fondé sur l’idée d’un retrait de la volonté qui laisse partir la jeune fille, qui laisse partir le courage. Si, sur un plan notionnel, le lien n’est pas inconcevable, le problème est plutôt d’ordre morphologique, puisque l’étymologie de //spondēre// par *//spōns, spontis// (cf. [[:dictionnaire:5.2|§ 5.2]]) soulève de sérieuses difficultés((J.-P. BRACHET (2000, 139-141).)). En fait, //spondēre // s’explique bien mieux à partir de //spōnsiō// « engagement pour le mariage ». Entre le sens premier de  « prendre l’engagement de donner en mariage » et celui de « renoncer à, perdre », il existe bien un rapport : en effet, promettre en mariage sa fille, c’est bien y renoncer. Mais alors comment comprendre qu’en face du sens premier spécialisé, //dēspondēre// ait développé un emploi lui aussi spécialisé pour le fait de renoncer au courage (//dēspondēre animum / animos//) ? Or, tous les exemples de la valeur « renoncer à » montrent que l’être humain désigné par le sujet grammatical du verbe rompt la dynamique d’énergie qu’il avait, et qui est aussi à l’origine de la promesse de mariage. À la base des deux procès, se trouve la même implication de la personne dénotée par le sujet grammatical, comme en témoigne le sème d’/engagement/ commun entre : **« renoncer à » : /abandonner/ /une qualité/ /engagée dans l’action pratique/** et **« promettre en mariage » : /prendre l’engagement de/ /donner en mariage/**.+Varron établit un lien fondé sur l’idée d’un retrait de la volonté qui laisse partir la jeune fille, qui laisse partir le courage. Si, sur un plan notionnel, le lien n’est pas inconcevable, le problème est plutôt d’ordre morphologique, puisque l’étymologie de //spondēre// par *//spōns, spontis// (cf. [[:dictionnaire:despondere5#5.2. Les interprétations et ré-analyses synchroniques des auteurs latins|§ 5.2]]) soulève de sérieuses difficultés((J.-P. BRACHET (2000, 139-141).)). En fait, //spondēre // s’explique bien mieux à partir de //spōnsiō// « engagement pour le mariage ». Entre le sens premier de  « prendre l’engagement de donner en mariage » et celui de « renoncer à, perdre », il existe bien un rapport : en effet, promettre en mariage sa fille, c’est bien y renoncer. Mais alors comment comprendre qu’en face du sens premier spécialisé, //dēspondēre// ait développé un emploi lui aussi spécialisé pour le fait de renoncer au courage (//dēspondēre animum / animos//) ? Or, tous les exemples de la valeur « renoncer à » montrent que l’être humain désigné par le sujet grammatical du verbe rompt la dynamique d’énergie qu’il avait, et qui est aussi à l’origine de la promesse de mariage. À la base des deux procès, se trouve la même implication de la personne dénotée par le sujet grammatical, comme en témoigne le sème d’/engagement/ commun entre : **« renoncer à » : /abandonner/ /une qualité/ /engagée dans l’action pratique/** et **« promettre en mariage » : /prendre l’engagement de/ /donner en mariage/**.
  
 Il reste à expliquer le développement du sens de « renoncer à », qui a une orientation inverse par rapport à « prendre l’engagement de donner en mariage ». La construction transitive //dēspondēre filiam // peut se comprendre comme issue de //spondēre// intransitif au sens de « s’engager » avec la fonction « transitivante » du préverbe //dē-//((J.-P. BRACHET (2000, 139-141).)). Le même sens de //spondēre// aurait servi de base pour « se désengager »,  d’où « perdre son courage », développé dans //dēspondēre// avec une nouvelle fonction de //dē-//, celle d’« opérateur d’inversion du procès »((J. P. BRACHET (2000, 192-200).)). C’est encore un jeu entre deux fonctions du préverbe //dē-// qui explique également la polysémie de //dēformare//, analysée ainsi par M. Fruyt : sur la base de //forma// est créé //dēformare, // qui signifie « donner une forme » avec //dē-// « employé pour marquer la sortie d’un état et l’entrée dans un autre », et aussi « déformer », où le préverbe a le sens de « retirer x, détruire x, supprimer »((M. FRUYT (2007, 52-53).)). Il reste à expliquer le développement du sens de « renoncer à », qui a une orientation inverse par rapport à « prendre l’engagement de donner en mariage ». La construction transitive //dēspondēre filiam // peut se comprendre comme issue de //spondēre// intransitif au sens de « s’engager » avec la fonction « transitivante » du préverbe //dē-//((J.-P. BRACHET (2000, 139-141).)). Le même sens de //spondēre// aurait servi de base pour « se désengager »,  d’où « perdre son courage », développé dans //dēspondēre// avec une nouvelle fonction de //dē-//, celle d’« opérateur d’inversion du procès »((J. P. BRACHET (2000, 192-200).)). C’est encore un jeu entre deux fonctions du préverbe //dē-// qui explique également la polysémie de //dēformare//, analysée ainsi par M. Fruyt : sur la base de //forma// est créé //dēformare, // qui signifie « donner une forme » avec //dē-// « employé pour marquer la sortie d’un état et l’entrée dans un autre », et aussi « déformer », où le préverbe a le sens de « retirer x, détruire x, supprimer »((M. FRUYT (2007, 52-53).)).
  
 \\  \\  [[:dictionnaire:despondere3|Aller au § 3]] ou [[:dictionnaire:despondere|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:despondere5|Aller au § 5]] \\  \\  [[:dictionnaire:despondere3|Aller au § 3]] ou [[:dictionnaire:despondere|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:despondere5|Aller au § 5]]
-