Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:despondere4detaille [2012/05/17 19:48]
lecaude [A. « Promettre en mariage »]
dictionnaire:despondere4detaille [2014/12/17 12:10] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">dēspondeō, -ēre</div></html> \\  <html><center><big><big>(verbe)</big></big></center></html> \\ +<html><class="lestitres">dēspondeō, -ēre</p></html> <html><center><big><big>(verbe)</big></big></center></html> 
 +\\
 ---- ----
 \\ \\
 ====== 4. Description des emplois et de leur évolution : exposé détaillé ====== ====== 4. Description des emplois et de leur évolution : exposé détaillé ======
  
 +[[:dictionnaire:despondere4résumé|Voir les exemples]]
 +\\ \\
 +[[:dictionnaire:despondere4|Retour au plan]]
 +\\
 +\\
 //Dēspondēre// est globalement moins fréquent que //spondēre// et, par rapport à ce dernier, il pose deux problèmes : la place de « perdre courage » dans son sémantisme à côté de « promettre (en mariage) », et la comparaison de cette dernière valeur avec //spondēre//. //Dēspondēre// est globalement moins fréquent que //spondēre// et, par rapport à ce dernier, il pose deux problèmes : la place de « perdre courage » dans son sémantisme à côté de « promettre (en mariage) », et la comparaison de cette dernière valeur avec //spondēre//.
    
Ligne 47: Ligne 52:
 Une fois encore, le verbe //dēspondēre// dans cet emploi élargi n’est pas très fréquent, mais, comme précédemment, il peut s’appliquer à des circonstances où la prise d’un engagement a des conséquences majeures. L’historien décrit ainsi l’effet de mesures démagogiques de Spurius Maelius sur la plèbe : Une fois encore, le verbe //dēspondēre// dans cet emploi élargi n’est pas très fréquent, mais, comme précédemment, il peut s’appliquer à des circonstances où la prise d’un engagement a des conséquences majeures. L’historien décrit ainsi l’effet de mesures démagogiques de Spurius Maelius sur la plèbe :
  
-Liv. 4, 13, 3 : […] //plebemque hoc munere delenitam, quacumque incideret conspectus elatusque supra modum hominis priuati, secum trahere, haud dubium consulatum fauore ac spe **despondentem**.// \\ « […] la plèbe fut séduite par ce don et partout où il passait, concentrant les regards et porté au-dessus de sa condition privée, elle allait avec lui, lui **promettant** par sa faveur et son espoir le consulat. »+  *Liv. 4, 13, 3 : […] //plebemque hoc munere delenitam, quacumque incideret conspectus elatusque supra modum hominis priuati, secum trahere, haud dubium consulatum fauore ac spe **despondentem**.// \\ « […] la plèbe fut séduite par ce don et partout où il passait, concentrant les regards et porté au-dessus de sa condition privée, elle allait avec lui, lui **promettant** par sa faveur et son espoir le consulat. »
  
 Avec les compléments de cause //fauore ac spe//, le verbe //despondentem// décrit l’enthousiasme de la plèbe pour promettre le consulat à Spurius Maelius, ce qui a des implications d’autant plus importantes que le personnage est accusé d’aspirer à la royauté (4, 13, 3-4)((De même Liv. 26, 37, 5 ; Val.-Flac. 7, 510.)). Avec les compléments de cause //fauore ac spe//, le verbe //despondentem// décrit l’enthousiasme de la plèbe pour promettre le consulat à Spurius Maelius, ce qui a des implications d’autant plus importantes que le personnage est accusé d’aspirer à la royauté (4, 13, 3-4)((De même Liv. 26, 37, 5 ; Val.-Flac. 7, 510.)).
Ligne 74: Ligne 79:
   *Varr. //R.// 3, 16, 15 : […] //sed ita, ubi parum sunt// (//apes//) //quae compleant, ut eas// (= //aluos//)//conangustent, in uasto loco inani ne **despondeant animum**.// \\ « […] dans des conditions telles qu’on devra restreindre les dimensions des ruches, au cas où les abeilles ne seraient pas assez nombreuses pour les remplir, pour éviter qu’elles ne se **découragent ** dans un local vaste et vide. » (traduction Ch. Guiraud, 1997, CUF)((De même Varr.  R.  3, 5, 6 ; Col. 8, 10, 1.)).    *Varr. //R.// 3, 16, 15 : […] //sed ita, ubi parum sunt// (//apes//) //quae compleant, ut eas// (= //aluos//)//conangustent, in uasto loco inani ne **despondeant animum**.// \\ « […] dans des conditions telles qu’on devra restreindre les dimensions des ruches, au cas où les abeilles ne seraient pas assez nombreuses pour les remplir, pour éviter qu’elles ne se **découragent ** dans un local vaste et vide. » (traduction Ch. Guiraud, 1997, CUF)((De même Varr.  R.  3, 5, 6 ; Col. 8, 10, 1.)). 
  
-Toutes les occurrences de cette nouvelle valeur montrent que l’être humain désigné par le sujet grammatical du verbe rompt la dynamique d’énergie qu’il mettait avec enthousiasme dans l’action, d’où un sémème « renoncer à » : +Toutes les occurrences de cette nouvelle valeur montrent que l’être humain désigné par le sujet grammatical du verbe rompt la dynamique d’énergie qu’il mettait avec enthousiasme dans l’action, d’où un sémème « renoncer à » : /abandonner/ /son énergie/ /engagée dans l’action pratique/.
- +
-/abandonner/ /son énergie/ /engagée dans l’action pratique/.+
  
 Se retrouve l’idée d’engagement déterminé déjà présente dans « promettre (en mariage) ». L’homonymie ne s’impose donc pas. Se retrouve l’idée d’engagement déterminé déjà présente dans « promettre (en mariage) ». L’homonymie ne s’impose donc pas.
Ligne 90: Ligne 93:
 En latin tardif, le verbe s’emploie au passif et le sujet grammatical peut être un nom ne relevant pas de l’//animus // « courage » et ne renvoyant pas à un être humain, mais à une entité inanimée, comme, par exemple,  //pax // « paix » : En latin tardif, le verbe s’emploie au passif et le sujet grammatical peut être un nom ne relevant pas de l’//animus // « courage » et ne renvoyant pas à un être humain, mais à une entité inanimée, comme, par exemple,  //pax // « paix » :
  
-Itin. Alex. 18 : […] //pace **desponsa** parando bello incumbuit.// \\ « […] la paix **ayant vécu**, il se consacra à la préparation de la guerre. »+  *Itin. Alex. 18 : […] //pace **desponsa** parando bello incumbuit.// \\ « […] la paix **ayant vécu**, il se consacra à la préparation de la guerre. »
  
 Il en résulte un sémème /abandonner/ /son énergie/ /jusqu’à perdre la vie/. Il en résulte un sémème /abandonner/ /son énergie/ /jusqu’à perdre la vie/.
Ligne 96: Ligne 99:
 ===== E. Fonctionnement et origine de la polysémie ===== ===== E. Fonctionnement et origine de la polysémie =====
  
-Les trois premières valeurs de //dēspondēre // répondent au même schéma de la construction avec accusatif, si bien que la polysémie, ne devant rien aux changements de construction, est seulement interne au jeu des sémèmes entre eux. La variation sémantique est limitée pour les valeurs :+Les trois premières valeurs de //dēspondēre // répondent au même schéma de la construction avec accusatif, si bien que la polysémie, ne devant rien aux changements de construction, est seulement interne au jeu des sémèmes entre eux. La variation sémantique est limitée pour les valeurs **« promettre en mariage » /prendre l’engagement de/ /donner en mariage/** et **« promettre » : /prendre l’engagement/ /de donner, de faire quelque chose ou que quelque chose se produira/**, la seconde valeur étant une extension de la première à des domaines autres que le mariage.
  
-« promettre en mariage » : /prendre l’engagement de/ /donner en mariage/+La troisième valeur, **« renoncer à » : /abandonner/ /son énergie/engagée dans l’action pratique/**, ne comporte de commun avec les deux autres que le sème spécifique d’/engagement/, ce qui fonde une polysémie lâche de sens. Quant à l’écart de cette valeur par rapport à l’ensemble, elle donne à l’ensemble l’architecture d’une polysémie disjointe.
  
-et +Le sens de **« mourir »** est lié à un changement de construction avec l’effacement d’//animum//, ce qui caractérise une polysémie externe.
- +
-« promettre » : /prendre l’engagement/ /de donner, de faire quelque chose ou que quelque chose se produira/, +
- +
-la seconde valeur étant une extension de la première à des domaines autres que le mariage. +
- +
-La troisième valeur, « renoncer à » : /abandonner/ /son énergie/ /engagée dans l’action pratique/, ne comporte de commun avec les deux autres que le sème spécifique d’/engagement/, ce qui fonde une polysémie lâche de sens. Quant à l’écart de cette valeur par rapport à l’ensemble, elle donne à l’ensemble l’architecture d’une polysémie disjointe. +
- +
-Le sens de « mourir » est lié à un changement de construction avec l’effacement d’//animum//, ce qui caractérise une polysémie externe.+
  
 L’écart polysémique est bien remarqué par Varron, qui écrit : L’écart polysémique est bien remarqué par Varron, qui écrit :
Ligne 114: Ligne 109:
   *Varr. //L. // 6, 71 //Sic **despondisse animum**quoque dicitur, ut **despondisse filiam**, quod suae spontis statuerat finem.// \\ « De même on dit aussi qu’un tel **a perdu courage** (//despondisse animum//), comme il **a renoncé à sa fille** (//despondisse filiam//), parce qu’il avait fixé un terme à sa volonté (//spontis//). » (traduction P. Flobert, 1985, CUF).   *Varr. //L. // 6, 71 //Sic **despondisse animum**quoque dicitur, ut **despondisse filiam**, quod suae spontis statuerat finem.// \\ « De même on dit aussi qu’un tel **a perdu courage** (//despondisse animum//), comme il **a renoncé à sa fille** (//despondisse filiam//), parce qu’il avait fixé un terme à sa volonté (//spontis//). » (traduction P. Flobert, 1985, CUF).
  
-Varron établit un lien fondé sur l’idée d’un retrait de la volonté qui laisse partir la jeune fille, qui laisse partir le courage. Si, sur un plan notionnel, le lien n’est pas inconcevable, le problème est plutôt d’ordre morphologique, puisque l’étymologie de //spondēre// par *//spōns, spontis// (cf. [[:dictionnaire:5.2|§ 5.2]]) soulève de sérieuses difficultés((J.-P. BRACHET (2000, 139-141).)). En fait, //spondēre // s’explique bien mieux à partir de //spōnsiō// « engagement pour le mariage ». Entre le sens premier de  « prendre l’engagement de donner en mariage » et celui de « renoncer à, perdre », il existe bien un rapport : en effet, promettre en mariage sa fille, c’est bien y renoncer. Mais alors comment comprendre qu’en face du sens premier spécialisé, //dēspondēre// ait développé un emploi lui aussi spécialisé pour le fait de renoncer au courage (//dēspondēre animum / animos//) ? Or, tous les exemples de la valeur « renoncer à » montrent que l’être humain désigné par le sujet grammatical du verbe rompt la dynamique d’énergie qu’il avait, et qui est aussi à l’origine de la promesse de mariage. À la base des deux procès, se trouve la même implication de la personne dénotée par le sujet grammatical, comme en témoigne le sème d’/engagement/ commun entre « renoncer à » : +Varron établit un lien fondé sur l’idée d’un retrait de la volonté qui laisse partir la jeune fille, qui laisse partir le courage. Si, sur un plan notionnel, le lien n’est pas inconcevable, le problème est plutôt d’ordre morphologique, puisque l’étymologie de //spondēre// par *//spōns, spontis// (cf. [[:dictionnaire:despondere5#5.2. Les interprétations et ré-analyses synchroniques des auteurs latins|§ 5.2]]) soulève de sérieuses difficultés((J.-P. BRACHET (2000, 139-141).)). En fait, //spondēre // s’explique bien mieux à partir de //spōnsiō// « engagement pour le mariage ». Entre le sens premier de  « prendre l’engagement de donner en mariage » et celui de « renoncer à, perdre », il existe bien un rapport : en effet, promettre en mariage sa fille, c’est bien y renoncer. Mais alors comment comprendre qu’en face du sens premier spécialisé, //dēspondēre// ait développé un emploi lui aussi spécialisé pour le fait de renoncer au courage (//dēspondēre animum / animos//) ? Or, tous les exemples de la valeur « renoncer à » montrent que l’être humain désigné par le sujet grammatical du verbe rompt la dynamique d’énergie qu’il avait, et qui est aussi à l’origine de la promesse de mariage. À la base des deux procès, se trouve la même implication de la personne dénotée par le sujet grammatical, comme en témoigne le sème d’/engagement/ commun entre : **« renoncer à » : /abandonner/ /une qualité/ /engagée dans l’action pratique/** et **« promettre en mariage » : /prendre l’engagement de/ /donner en mariage/**.
- +
-/abandonner/ /une qualité/ /engagée dans l’action pratique/ +
- +
-et « promettre en mariage » : +
- +
-/prendre l’engagement de/ /donner en mariage/.+
  
 Il reste à expliquer le développement du sens de « renoncer à », qui a une orientation inverse par rapport à « prendre l’engagement de donner en mariage ». La construction transitive //dēspondēre filiam // peut se comprendre comme issue de //spondēre// intransitif au sens de « s’engager » avec la fonction « transitivante » du préverbe //dē-//((J.-P. BRACHET (2000, 139-141).)). Le même sens de //spondēre// aurait servi de base pour « se désengager »,  d’où « perdre son courage », développé dans //dēspondēre// avec une nouvelle fonction de //dē-//, celle d’« opérateur d’inversion du procès »((J. P. BRACHET (2000, 192-200).)). C’est encore un jeu entre deux fonctions du préverbe //dē-// qui explique également la polysémie de //dēformare//, analysée ainsi par M. Fruyt : sur la base de //forma// est créé //dēformare, // qui signifie « donner une forme » avec //dē-// « employé pour marquer la sortie d’un état et l’entrée dans un autre », et aussi « déformer », où le préverbe a le sens de « retirer x, détruire x, supprimer »((M. FRUYT (2007, 52-53).)). Il reste à expliquer le développement du sens de « renoncer à », qui a une orientation inverse par rapport à « prendre l’engagement de donner en mariage ». La construction transitive //dēspondēre filiam // peut se comprendre comme issue de //spondēre// intransitif au sens de « s’engager » avec la fonction « transitivante » du préverbe //dē-//((J.-P. BRACHET (2000, 139-141).)). Le même sens de //spondēre// aurait servi de base pour « se désengager »,  d’où « perdre son courage », développé dans //dēspondēre// avec une nouvelle fonction de //dē-//, celle d’« opérateur d’inversion du procès »((J. P. BRACHET (2000, 192-200).)). C’est encore un jeu entre deux fonctions du préverbe //dē-// qui explique également la polysémie de //dēformare//, analysée ainsi par M. Fruyt : sur la base de //forma// est créé //dēformare, // qui signifie « donner une forme » avec //dē-// « employé pour marquer la sortie d’un état et l’entrée dans un autre », et aussi « déformer », où le préverbe a le sens de « retirer x, détruire x, supprimer »((M. FRUYT (2007, 52-53).)).
  
 \\  \\  [[:dictionnaire:despondere3|Aller au § 3]] ou [[:dictionnaire:despondere|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:despondere5|Aller au § 5]] \\  \\  [[:dictionnaire:despondere3|Aller au § 3]] ou [[:dictionnaire:despondere|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:despondere5|Aller au § 5]]
-